Des Enfants Adolescents Parents , une histoire singulière pour chaque famille

La parentalité

A chaque parent, sa parentalité

De quoi s’agit-il ?

Le concept de parentalité a été mis en exergue à la fin des années 90 par les politiques publiques. La parentalité n’est pas simple à définir, ce terme ne signifie pas la même chose que le terme  parenté. La parenté est définie, selon le Petit Larousse, comme « la relation de consanguinité ou d’alliance qui unit deux ou plusieurs personnes entre elles».

La parentalité quant à elle vient désigner  l’ensemble des façons que l’on a d’être parent.

Le Comité National du soutien à la parentalité en donne la définition suivante :

« La parentalité désigne l’ensemble des façons d’être et de vivre le fait d’être parent. C’est un processus qui conjugue les différentes dimensions de la fonction parentale, matérielle, psychologique, morale, culturelle, sociale. Elle qualifie le lien entre un adulte et un enfant, quelle que soit la structure familiale dans laquelle il s’inscrit, dans le but d’assurer le soin, le développement et l’éducation de l’enfant. Cette relation adulte/enfant suppose un ensemble de fonctions, de droits et d’obligations (morales, matérielles, juridiques, éducatives, culturelles) exercés dans l’intérêt supérieur de l’enfant en vertu d’un lien prévu par le droit (autorité parentale). Elle s’inscrit dans l’environnement social et éducatif où vivent la famille et l’enfant ».

La parenté apparaît comme un phénomène naturel alors que la parentalité nécessite un cheminement, une expérience, des réajustements. 

Les réflexions de Lebovici nous montrent la complexité et la richesse des éléments qui doivent se mettre en place pour devenir parent et exercer la parentalité.

Didier Houzel distingue quant à lui trois dimensions pour étudier la parentalité : l’exercice, l’expérience  et la pratique de la parentalité. 

  • “La pratique de la parentalité qui fait référence aux compétences parentales” c’est- à -dire les soins prodigués à l’enfant, au quotidien.

  • “L’expérience de la parentalité qui nourrit la fonction subjective” c’est -à- dire que  l’histoire personnelle propre à chaque parent ( la culture, les ressentis, la trajectoire…) a une influence sur la manière de s’occuper de l’enfant.  

  • “L’exercice de la parentalité qui concerne les devoirs rattachés à la fonction parentale“ c’est à dire les droits et les devoirs des parents (l’éducation et la santé de l’enfant).

La parentalité se met en place progressivement chez l’adulte qui devient parent.

DU STATUT D’ADULTE A CELUI DE PARENT

Lorsque l’on passe du statut d’adulte à celui de parent quelque chose en nous change, ce passage implique un certain nombres de modifications tant psychiques qu’affectives. 

Que des adultes deviennent  parents n’est pas une obligation, certains n’ont pas  d’enfants que ce soit un choix ou non. Lorsqu’on le devient nous devons opérer un certain nombre de changements concernant votre identité. Ceci ne se produit pas instantanément, il s’agit d’un processus.Les adultes qui deviennent parents ne seront pas radicalement différents  de ce qu’ils étaient auparavant. Cependant, devenir parent implique un certain nombres de remaniements. Devenir parents implique de renoncer  à une partie  de ce qui donnait un sens à notre vie d’adulte pour se centrer sur les besoins de l’ enfant. 

Devenir parent occasionne  le développement de compétences particulières qui permettent de répondre aux besoins spécifiques de l’ enfant.

Lorsque l’on devient parents des questionnements nouveaux  surgissent.  Des inquiétudes multiples qui concernent la santé, le sommeil, l’alimentation, la socialisation, la scolarité, les choix professionnels,  les ruptures amoureuses mais aussi les conséquences d’une séparation  conjugale. 

Chacun a sa propre représentation de ce qu’est être un parent. Dés l’enfance, nous projetons l’image du parent idéal que nous serons. Ces images se construisent en fonction  du contexte affectif, social, ou culturel dans lequel chacun a grandi.

La rencontre amoureuse vient renforcer ou modifier les représentations du parent parfait que l’on souhaite être. Désormais c’est à deux qu’est porter ce projet d’enfant. 

Ce processus de transformation s’accélère durant la grossesse. A la naissance, la mère est centrée sur son nourrisson. Winnicott nomme ce processus  “la préoccupation maternelle primaire“. Elle consiste  en la capacité d’une  mère à s’ identifier à son bébé, afin de pouvoir percevoir ses besoins voir les anticiper. Le père  prend sa place, fondamentale, dans la dyade mère-enfant. Ces modifications  de fait génèrent une décentration de soi, de la part des deux parents.  Ces changements sont primordiaux puisqu’ils permettent d’assurer la survie du bébé, ainsi que son développement physique et affectif. 

Les toutes premières expériences relationnelles d’un  enfant, les soins qui  lui sont apportés ont une incidence sur  son  développement ultérieur: émotionnel, cognitif, social. 

D’adulte à parent, qu’est ce qui change ? 

A cette question, les parents répondent souvent en premier lieu que ce qui a tout d’abord changé pour eux c’est : une inquiétude constante pour l’enfant, un sens des responsabilités différent, la découverte d’une tendresse particulière, la patience. La parentalité serait donc la capacité à s’engager, être stable, soutenant etc…

La préoccupation maternelle dont parle Winnicott concerne la période du tout petit nourrisson. En même temps que le bébé grandit et qu’il acquiert une sécurité interne, le parent change et ses préoccupations parentales ne sont plus aussi exclusives. Ce sont les prémices de la séparation psychique à venir… L’enfant n’est pas tout pour son parent comme son parent n’est pas tout pour l’enfant.

Être parent ne signifie pas seulement être en capacité de répondre aux besoins primaires du nourrisson, puis de l’enfant mais aussi être en mesure de ne pas vouloir tout maîtriser. 

Un parent s’imagine souvent qu’il connait parfaitement son enfant  et que personne d’autre mieux que lui  peut savoir ce dont il a besoin. Or, l’enfant, à partir d’un certain âge, est en mesure d’exprimer ses demandes et signifier ses besoins. Il est important de  laisser de la place à sa parole même si au bout du compte ce sont les parents qui prennent les décisions. Lorsque l’on entend la parole de l’ enfant nous lui signifions que nous sommes en mesure de reconnaitre ses besoins propres.Ceci aide à prendre du recul dans la relation  avec lui, et permet  de supporter ses colères engendrées par sa frustration, ses phases d’opposition, sa prise d’autonomie. L’ enfant est un adulte en devenir et à ce titre, il ne raisonne pas encore comme un grand. 

Lorsqu’un enfant devient adolescent, ce nécessaire recul dans la relation avec lui, prend tout son sens . Il nous conduit à faire preuve de souplesse, garder notre calme durant les moments de tensions parfois intenses. Ses réactions sont parfois telles qu’il  faut prendre de la distance pour lui permettre d’accéder à cette autonomie qu’il revendique autant qu’il redoute. Ses centres d’intérêts changent et désormais nous avons à accepter que d’autres, les amis notamment, soient au centre de sa vie. 

Pourquoi un soutien à la parentalité?

Parce qu’on ne naît pas parents mais qu’on le devient, les parents  peuvent avoir besoin d’aide dans ce processus.

Parce qu’être parents est une fonction difficile, certains parents peuvent  avoir besoin d’aide et ainsi se sentir soutenus dans leur tâche éducative. Dans le contexte d’une séparation, exercer sa parentalité s’avère parfois encore plus difficile. Vous partagez désormais votre parentalité tout en ne vivant plus ensemble.

Les différences éducatives mises en avant par l’un ou l’autre parent sont très souvent sujet de discordes. En réalité, elles sont davantage l’expression du confit conjugal. Les différences dans l’éducation, lorsqu’elles sont conformes à l’intérêt de l’enfant, ne peuvent pas lui être préjudiciables.

Cette aide peut s’avérer bénéfique à votre famille. Le soutien à la parentalité se veut être un appui à vos fonctions, vos compétences et vos ressources parentales.  Lorsque des difficultés apparaissent, la mise en œuvre d’un tel soutien peut s’avérer pertinent à un fonctionnement familial plus apaisé.

L’intervention de professionnels formés peut être nécessaire pour vous permettre d’être entendus dans vos questionnements et vos difficultés.  Ils sont une ressource pour vous aider dans votre rôle de premier éducateur de vos enfants. Les professionnels qui interviennent dans les familles ont une éthique commune, ils ont un rôle d’écoute, de conseils, de soutien, mais  en aucun cas ils ne se  substituent à vous.

 

Partager

Plus d'articles

La relation éducative

C’est grâce à la relation établie entre l’éducateur et l’enfant, l’adulte accueilli, accompagné, que « quelque chose » va pouvoir advenir. Philippe GABERAN dans son livre LA

Parentalité et handicap

Devenir parent ne va pas de soi.  Un processus se met en place et le mouvement habituel s’en trouve modifié lorsque l’enfant est en situation

La co-parentalité

La co-parentalité ou la parent-égalité : le droit de l’enfant d’aimer et être aimé de chacun de ses parents.

Envoyez nous un message